I - La CSMF EN CHIFFRES

 14 000 Adhérents pour moitié généralistes, pour moitiés spécialistes      
lors de l’enquête de représentativité de 2010                          

  • 95 syndicats départementaux de métropole                                  
  • 4 syndicats départementaux d'Outre mer (Guadeloupe, martinique, Guyane et Océan Indien )       
  • 26 collèges régionaux                



II - LA MEDECINE EN CHIFFRE

(Chiffres Conseil de l'Ordre - 2015 )
Au 1er janvier 2015, l'Ordre recense 198.365 médecins en activité régulière, dont 45% de femmes.
On compte parmi eux 89.788 médecins généralistes en activité régulière, dont 58.104 exerçant en secteur libéral/mixte (-10,3% depuis 2007).
L'Atlas comptabilise par ailleurs 108.577 spécialistes médicaux (hors médecine générale) et chirurgicaux.  
De 2007 à 2015, les effectifs des médecins ont diminué de 0,2%
Ils "ont une forte probabilité de continuer de décroître d'ici à 2025", relève l'Atlas.

PAR REGION

Sur la période 2007/2015,
l'Ile-de-France recense ainsi une baisse de 6% des médecins en activité régulière.
La région Pays-de-la-Loire enregistre une hausse de 6%.
Haute-Normandie, Lorraine, Poitou-Charentes et Auvergne ont stabilisé leur nombre de médecins.
La France compte en moyenne 281,4 médecins pour 100.000 habitants en métropole, avec une disparité selon les régions
La Picardie recense la plus faible densité avec 230,9 médecins pour 100.000 habitants tandis que la région PACA enregistre la plus forte densité avec 352 médecins pour la même population.
Côté départements, la densité est en moyenne, au 1er janvier 2015, de 266,4 médecins en activité régulière pour 100.000 habitants, contre 275,7 au 1er janvier  2007.
Le département de l'Eure est aujourd'hui le plus mal loti, avec 167 médecins pour 100.000 habitants.
A l'opposé, Paris compte la plus forte densité avec 678,2 médecins pour 100.000 habitants.
La Nièvre enregistre la plus forte baisse, passant de 233,9 médecins pour 100.000 habitants en 2007 à 192,5 en 2015.
La Loire-Atlantique affiche, elle, la hausse la plus significative, passant de 280,3 en 2007 à 306,3 en 2015.
L'Atlas relève d'ailleurs l'attractivité spécifique de la côte atlantique, ainsi que des départements de la région Rhône-Alpes.

AGE:

L'âge médian de la population médicale est passé de 40 à 53 ans entre 1990 et 2015.
Au 1er janvier 2015, les médecins inscrits en activité régulière au tableau de l'Ordre sont âgés en moyenne de 51,5 ans.
Les médecins âgés de 60 ans et plus représentent 26,4% des effectifs alors que les médecins âgés de moins de 40 ans représentent 17,4% des effectifs.
Les hommes représentent 80% des médecins âgés de 60 ans et plus.
Les généralistes sont âgés en moyenne de 52 ans. Les 60 ans et plus représentent 26,7% des effectifs. Les moins de 40 ans 14,8%.
Quant aux spécialistes médicaux et chirurgicaux, ils ont en moyenne 51 ans.
Les 60 ans et plus représentent 26,3% des effectifs, les moins de 40 ans 19,5%.
 

FEMINISATION:

La féminisation se poursuit: les femmes représentent 58% des effectifs de nouveaux médecins.
Parmi les médecins âgés de moins de 40 ans, qualifiés en médecine générale, 60% sont des femmes qui ont fait le choix d'exercer en secteur libéral/mixte.
Globalement, les femmes représentent 36% des effectifs de médecins généralistes libéraux et mixtes contre 29% en 2007.
 

RETRAITE:

Au cours de l'année 2014, 6.130 médecins ont fait valoir leur droit a la retraite. Mais plus d'un médecin sur deux a conservé une activité.
81,8% exerçaient leur qualification en secteur libéral, 8,7% dans une structure hospitalière, 9,5% en tant que médecin salarié.
En moyenne, les médecins prennent leur retraite à 65 ans après avoir travaillé 34,9 années.
Les plus fortes proportions de médecins libéraux "sortants" se retrouvent en régions PACA, Aquitaine, Centre, Poitou-Charentes. Les plus faibles en Franche-Comté, Limousin, Lorraine, Corse.
 

MODE D'EXERCICE:

Parmi les nouveaux inscrits à l'Ordre des médecins au 1er janvier 2015, 61,6% ont choisi d'exercer leur activité en tant que salarié, dont 26,6% comme chef de clinique.
15,4% des nouveaux inscrits exercent leur spécialité en tant que libéral et/ou mixte. Les autres travaillent notamment dans des laboratoires pharmaceutiques.
Parmi les 20,3% de médecins remplaçants, 96% exercent une activité libérale/mixte.

 

III - POIDS ECONOMIQUE DE LA MEDECINE LIBERALE 

(Chiffres INSEE - 2014)

  • On dénombre 1800 établissements privés de soins (pour une offre de 972 établissments d ans le secteur public)
  • 153 890 lits privés d’hospitalisation. Pour plus d'information l'atlas de la démographie médicale